0241545155

Urologie Saint-Joseph

Vasectomie ou contraception masculine
à angers

Vasectomie ou contraception masculine à Angers

chirurgiens urologues

La vasectomie est une intervention chirurgicale courante de stérilisation masculine qui consiste à couper ou bloquer les canaux déférents, les tubes qui transportent les spermatozoïdes des testicules vers l’urètre. Cette procédure empêche les spermatozoïdes de quitter le corps lors de l’éjaculation et donc de féconder un ovule lors des rapports sexuels. La vasectomie est considérée comme une méthode de contraception permanente.

 

En quoi consiste la vasectomie ?

 

La vasectomie est une intervention chirurgicale qui consiste à couper ou bloquer les canaux déférents, les tubes qui transportent les spermatozoïdes des testicules vers l’urètre. Cette intervention peut être réalisée sous anesthésie locale +/- assistée ou générale, selon la préférence du patient et du chirurgien.

 

Le chirurgien pratique généralement une ou deux petites incisions dans la peau du scrotum pour accéder aux canaux déférents. Les canaux seront alors coupés ou bloqués à l’aide de diverses méthodes, telles que l’application de clips, la ligature ou la cautérisation.

 

La procédure dure généralement environ 10 minutes et les patients peuvent rentrer chez eux le jour même. Il est important de noter que la vasectomie est considérée comme une méthode de contraception permanente, mais dans certains cas très spécifiques, il est possible de tenter une intervention pour restaurer la fertilité masculine après une vasectomie. Cependant, cette procédure n’est pas garantie de succès et il est important que les patients soient conscients de cette possibilité avant de bénéficier d’une vasectomie.

 

Vos praticiens du Centre Urologique Saint-Joseph pratiquent une technique mini-invasive. Pour en savoir plus

La contraception masculine

Chirurgie urologique à Angers

Que dit la loi ?

 

La vasectomie est légale et disponible en tant que méthode de contraception masculine depuis 2001. Cet article énonce les conditions dans lesquelles la vasectomie peut être pratiquée en France, notamment la nécessité de respecter un délai de réflexion de quatre mois entre les deux consultations médicales et l’obligation de fournir une information complète sur les conséquences de la méthode.

 

Art. L. 2123-2. – La ligature des canaux déférents à visée contraceptive ne peut être pratiquée sur une personne mineure. Elle ne peut être pratiquée sur une personne majeure dont l’altération des facultés mentales constitue un handicap et a justifié son placement sous tutelle ou sous curatelle que lorsqu’il existe une contre-indication médicale absolue aux méthodes de contraception ou une impossibilité avérée de les mettre en œuvre efficacement.

Vasectomie ou contraception masculine

Centre urologique Saint-Joseph à Angers

1ère consultation :

 

Obtenir l’ensemble des informations autour de la vasectomie et répondre à vos questions.

 

Lors de la 1ère consultation pour une vasectomie, le patient rencontre un médecin qui lui explique en détail la procédure, les avantages et les inconvénients de cette méthode de contraception permanente. Le médecin fournira également des informations sur les risques, les effets secondaires et les complications potentielles de la vasectomie. Le patient est encouragé à poser toutes les questions qu’il souhaite et à exprimer ses préoccupations ou ses inquiétudes. À la fin de cette 1ère consultation, le patient aura une meilleure compréhension de ce qu’implique une vasectomie et sera en mesure de prendre une décision éclairée sur la suite des événements.

 

2ème consultation :

 

Confirmation de votre demande de contraception définitive.

 

Lors de la 2ème consultation, le médecin confirmera la demande du patient pour une contraception définitive par vasectomie et discutera des aspects pratiques de la procédure. Le médecin informera le patient des démarches administratives à accomplir, des précautions à prendre avant et après la procédure et des modalités de l’opération.

 

J-opératoire :

 

Vasectomie en ambulatoire

La vasectomie est réalisée en ambulatoire, ce qui signifie que le patient peut rentrer chez lui le jour même de l’opération. La procédure elle-même prend environ 10 minutes et est effectuée sous anesthésie locale +/- assistée ou générale, selon les préférences du patient et du médecin. La vasectomie consiste à couper ou à bloquer les canaux déférents, les tubes qui transportent les spermatozoïdes des testicules vers l’urètre. La plupart des patients ressentent peu ou pas de douleur pendant la procédure.

 

Les 48-72 heures suivant la chirurgie :

 

Repos, cryothérapie = appliquer une poche de glace par-dessus les sous-vêtements.

 

Après la vasectomie, il est recommandé au patient de se reposer pendant les 48 à 72 heures suivantes. La cryothérapie, qui consiste à appliquer une poche de glace sur la zone opérée, peut aider à réduire l’œdème et la douleur. Le patient doit éviter les activités physiques intenses et les rapports sexuels pendant cette période.

 

La 1ère semaine :

 

Au cours de la première semaine suivant la vasectomie, le patient doit éviter toute activité qui pourrait entraîner une tension ou une pression sur la zone opérée, notamment la station debout prolongée, le port de charges lourdes, la pratique de la moto, du vélo ou de la course à pied. Le patient doit également éviter les bains, les piscines et ne prendre que des douches. Si le patient exerce une profession à risque, un arrêt de travail peut être recommandé.

 

À partir du 7ème jour et en l’absence de douleur :

 

Reprise progressive des activités.

Après la première semaine, en l’absence de douleur, le patient peut reprendre progressivement ses activités normales. Cependant, il est important de ne pas se précipiter et de reprendre progressivement les activités.

 

A partir de 3 mois :

 

Effectuer un spermogramme.


Il faut compter 20 à 30 éjaculations pour éliminer les spermatozoïdes résiduels, accumulés dans les canaux déférents et les vésicules séminales.

Généralement, la vasectomie est une intervention qui se déroule sans complication. Cependant, tout acte chirurgical expose à un certain nombre de risques et complications, fort heureusement, exceptionnel.

 

• Hématome
• Infection
• Le syndrome post-vasectomie (1 à 2%) :

     Douleurs scrotales prolongées dont le mécanisme est inconnu. Le syndrome post-vasectomie, fait référence à une complication rare mais potentiellement douloureuse qui peut survenir après une vasectomie. Il se caractérise par une douleur chronique et persistante au niveau du scrotum, qui peut être accompagnée d’un gonflement et d’une sensibilité accrue de la région. Les symptômes peuvent apparaître peu de temps après l’opération ou plusieurs mois plus tard. La cause exacte du syndrome post-vasectomie n’est pas entièrement comprise, mais on pense qu’elle pourrait être liée à une inflammation ou à une pression exercée sur les nerfs dans la région.

La vasectomie est une méthode de contraception permanente pour les hommes qui est pratiquée dans de nombreux pays à travers le monde. Les taux de vasectomie varient considérablement selon les pays et les cultures, et sont influencés par des facteurs tels que la disponibilité des services de santé, les attitudes culturelles et religieuses, les politiques gouvernementales et les programmes de planification familiale.

 

Par exemple, en Inde, la vasectomie est un moyen de contraception populaire, souvent encouragé par le gouvernement pour contrôler la croissance démographique. D’autre part, en Amérique du Nord et en Europe, la vasectomie est également largement pratiquée, mais elle est souvent considérée comme une décision personnelle plutôt que comme une politique gouvernementale.

 

En Afrique et en Amérique latine, la vasectomie est moins courante, car les méthodes de contraception féminine sont souvent plus privilégiées et les hommes peuvent être réticents à subir une procédure invasive.

 

En résumé, la vasectomie est pratiquée à travers le monde, mais les taux varient en fonction de nombreux facteurs, notamment culturels, religieux, gouvernementaux et économiques.

Voici quelques liens utiles pour obtenir des informations sur la vasectomie en France :

 

Le site de l’Association Française d’Urologie

– Le site de l’Assurance Maladie

– Le site du Ministère de la Santé

– Le site du Planning Familial

 

Ces liens peuvent fournir des informations sur les avantages et les inconvénients de la vasectomie, les conditions requises pour subir la procédure, les coûts et la couverture d’assurance, ainsi que des informations sur la récupération et les effets secondaires possibles. Il est important de consulter un médecin pour discuter de vos options de contraception et déterminer si la vasectomie est la bonne option pour vous.

Le 12 novembre 2023 : LA JOURNÉE MONDIALE DE LA VASECTOMIE FÊTE SES 10 ANS
https://wvd.org/world-vasectomy-day/

Questions fréquentes sur la vesectomie

Centre urologique Saint-Joseph à Angers

NON, Les spermatozoïdes ne représentent que 3% du volume de l’éjaculat. Les éjaculations ne seront donc pas modifiées par la vasectomie. Il n’y a pas non d’effet sur l’apparence, la viscosité ou sa composition chimique.

NON, la vasectomie n’altère pas la sexualité de l’homme. Le testicule continue de produire la testostérone, il ne s’agit pas d’une castration.

En effet, c’est possible. Cette intervention s’appelle la Vaso-vasostomie ou reverse vasectomie. L’intervention est bien plus difficile que la vasectomie et le taux d’échec est significatif.

 

Nous conseillons ainsi à tous nos patients de conserver des spermatozoïdes au CECOS, au cas où. Il sera demandé au préalable de réaliser des analyses sérologiques (VIH, Hépatites, Syphilis). Les frais annuels de conservation sont de l’ordre de 40€/an.

NON, Il faut 20 à 30 éjaculations pour éliminer les derniers spermatozoïdes résiduels, situés en aval de la ligature. C’est pourquoi nous vous demandons de maintenir une contraception et de réaliser un spermogramme 3 mois après la chirurgie.

 

En cas d’azoospermie ou de la présence de <100.000 spermatozoïdes/ml, TOUS immobiles, la contraception pourra alors être levée.

OUI, Les spermatozoïdes continueront d’être produits par les testicules. Ils seront autodétruits par les globules blancs, sans conséquence.

OUI, Le rasage du scrotum (peau des bourses) est conseillé. Vous pouvez le réaliser à partir de 2 à 3 jours avant la chirurgie à l’aide d’un rasoir à lame avec mousse à raser ou une crème épilatoire. Le rasoir électrique est déconseillé car plus irritant.

Il est préférable de privilégier des sous-vêtements ajustés, par exemple un slip une taille en dessous de votre taille habituelle, ou un suspensoir ou un ‘jockstrap’.

L’opération en elle-même n’est pas douloureuse. Sous anesthésie locale, vous sentirez une pression, parfois des paresthésies (picotement et engourdissement) au niveau des bourses.

 

Sous anesthésie locale assistée ou générale, vous ne ressentez pas de douleurs.

 

Parfois la convalescence peut être douloureuse. Il est important de se reposer les 1er jours et de réaliser une cryothérapie en appliquant du froid de manière régulière.

En partie. Le montant de la prise en charge varie selon votre situation sociale, le secteur d’exercice de votre praticien, votre mutuelle.


Le tarif conventionnel fixé par la sécurité sociale comme base de remboursement est le suivant :
    ▪ JHSA001 : Ligature, section ou résection unilatérale ou bilatérale du conduit déférent, par abord scrotal : 60,27 euros ;
    ▪ JHSB001 : Ligature, section ou résection unilatérale ou bilatérale du conduit déférent, par voie transcutanée : 65,23 euros.


Un dépassement d’honoraire peut être appliqué pour cette intervention et le remboursement de votre mutuelle est fonction du remboursement de l’acte par la sécurité sociale.

 

Pour information, la ligature des trompes est mieux remboursée :
    ▪ JJPC003 : Interruption unilatérale ou bilatérale de la perméabilité des trompes utérines, par coelioscopie : 196 euros ;
    ▪ JJPA004 : Interruption unilatérale ou bilatérale de la perméabilité des trompes utérines, par laparotomie ou par abord vaginal : 167, 20 euros.

 

Les autres frais liés à l’hospitalisation sont remboursés selon la prise en charge habituelle des hospitalisation par la sécurité sociale et votre complémentaire santé.

NON. La vasectomie est pratiquée depuis près de 40 ans, notamment aux Etats-Unis, avec plus de 300000 vasectomies / an. Avec ce recul important, plusieurs études publiées ces dernières années n’ont montré aucune majoration du risque de cancer de prostate chez les hommes vasectomisées.